Journal de confinés – suite et fin

Dimanche 5 avril on a changé de logement mais ne le dites à personne, je ne voudrais pas que la belle Jacinda (Ardern, la première ministre) le sache. Elle nous a dit « le logement de confinement choisi le 25 mars doit être celui où vous resterez jusqu’à la fin du lockdown ». Pour réserver ce logement il a fallu montrer patte blanche avec une copie de notre inscription à l’ambassade, et la justification que notre précédent logement était occupé, car elle ne voulait pas être complice d’une rupture du confinement.

Ce nouveau logement nous permet d’avoir un vrai jardin avec une terrasse pour l’apéro. Apéro que l’on prend de plus en plus avec les polaires avec l’automne qui pointe son nez. Comme on a changé de quartier, on a aussi changé de zone de sorties (pour exercice solitaire uniquement, bien sûr !) on est au cœur du voyage lent, même très lent (environ 28,26 km2 d’exploration pour 10 jours). Si on ralentit encore un peu on passe au « voyage immobile ». Initialement on souhaitait que ce voyage s’inscrive dans la durée et l’immersion à l’extrême opposé du tourisme. Pour la durée, c’est parfait, pour l’immersion c’est un peu raté vu que les interactions avec la population sont, de fait, réduites à leur strict minimum. On a que la télé et la radio pour parfaire notre maitrise de la langue néo-zélandaise (je n’ose plus dire celle de Shakespeare)

Ici la notion de travailleurs essentiels, comprend comme en France les personnels soignants, pompiers facteurs, chauffeurs de bus, etc. Mais à la différence près, héritage britannique oblige, qu’il faut absolument entretenir les pelouses des parks. Il y a donc aussi les tondeurs essentiels de gazon public!

Vendredi 10 après pas mal d’hésitations sur la décision a prendre, rester ou partir, on a fini par trouver un vol de retour (qui s’est révélé opérationnel) avec Qatar Airways et une maison vers Nantes qu’on a accepté de nous louer, ça n’a pas été le plus simple. On va donc y passer le reste du confinement en France.

Ce blog va donc s’arrêter là. On aurait bien aimé le continuer sous des cieux tropicaux, mais ce n’est que partie remise, bien sûr ! On est obligé d’y revenir pour refaire ma collection de chemises à fleurs.

Merci à tous pour vos messages et l’envoi de clins d’œil qui nous ont bien fait rire.

Prêts au départ !

4 commentaires sur « Journal de confinés – suite et fin »

  1. Merci de nous avoir fait voyager aussi.. et pas de chance mais je vois que vous êtes en forme pour retrouver votre pays en confinement … bises distanciées Bon retour

    J'aime

  2. On est heureux pour vous ,on espère ici que le confinement sera prochainement levé(30/04-15/05?) et que d’ici le 24/06 on aura l’occasion de se voir , rentrez bien , bizh à vous 2.et à bientôt on l’espère.

    J'aime

  3. Coucou Michel et Christine. Contents que vous ayez pu rentrer… sur notre West-Coast préférée 🙂 Vous pourrez profiter du pays nantais prochainement. Bises à tous les 2. PS@Michel : t’inquiète, je t’indiquerai des boutiques nantaises dans lesquelles tu pourras trouver de belles chemises de surfer pour l’été 🙂

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :